Sacs fragmentables

Publié le par Collectif marseillais

Les commerçants marseillais ont eu droit à des sacs  qui "protègent notre planète" - c'est écrit dessus.

Sac-fragmentable.jpg

Ces nouveaux sacs fragmentables, abusivement appelés biodégradables, et ne répondant à aucunes normes (NF EN 13432) et certifications (OK Compost), sont fabriqués à partir de polyéthylène additivé. Cet additif, dont la composition est tenue secrète, permet la fragmentation du sac en micro-paillettes, voire en poudre, mais il ne s'agit pas d'une biodégradation aboutissant à une bio-assimilation. Le polyéthylène, matériau majoritaire de ces sacs (EPI et maintenant Néosac), disparaît de la vue, mais les déchets restent disséminés dans la nature.

Sac-fragmentable2.jpg

Ce sac, jetable qui se réduit en confettis de plastique est une fausse alternative au sac jetable classique. Ils ne peuvent en aucun cas constituer une solution durable. À proscrire ! (source : WWF)

Sachez-le et éventuellement, faites  le savoir à votre commerçant !

Publié dans Infos

Commenter cet article

Jean RIDELLE-BERGER 23/08/2009 14:47

ATTENTION DANGER !
L'affairisme, le laxisme et l'incapacité d'un certain nombre de responsables, tant économiques scientifiques que politiques, sont la cause des atteintes à la santé publique, entre autre, dans les affaires:
-        Des hormones de croissance.
-        Du sang contaminé.
-        De l'amiante…
Nous courons le risque d'une nouvelle affaire de ce type avec la diffusion des sacs en polyéthylène fragmentables, dont certains sont appelés, à tort, bio dégradables.
La base de ce produit reste le polyéthylène auquel on a ajouté des additifs qui permettent la fragmentation sous l'effet de la lumière et de l'humidité.
Contrairement aux allégations de certains fabricants les particules de polyéthylène qui résultent de cette fragmentation ne sont pas biodégradables dans la nature ( cf. le rapport du colloque international "Produits biodégradables et environnement" des 20 et 21 mai 2003 qui s'est tenu à ROUEN).
Ces produits abandonnés dans l'environnement ne resteront pas, évidemment, accrochés aux arbres, mais disperseront dans l'atmosphère des micros-particules, comme le fait l'amiante. Et comme dans le cas de l'amiante ces particules sont très stables, le carbone qui les compose est sous sa forme la plus stable, la forme sp3, qui est celle du carbone dans le diamant. De plus la fragmentation se faisant, entre autre, sous l'effet de l'humidité, certaines de ces microparticules se présenteront sous forme de radicaux libres, d'où une toxicité augmentée.
Les personnes les plus réceptives seront les personnes les plus faibles, ou les plus exposées, et n'oublions pas les animaux : moutons, chèvres, vaches, chevaux…, ainsi que tous les animaux sauvages.
Devrons-nous attendre qu'il y ait à nouveau des morts pour réagir?
Devrons-nous attendre qu'il y ait à nouveau des morts pour réagir?
Ici, dans ma note original, il y a une photo prise au microscope qui illustre parfaitement mon propos malheureusement je n'ai pas pu la copiée. Les particules présentent des formes de découpe avec des angles très aigues, leurs dimensions varient du 1/100 de mm à 2/10 ou 3/10 de mm.
Jean RIDELLE-BERGER,
Ancien membre du Comité des Experts en Environnement et Recyclage de la Fédération de la Plasturgie.

PM 02/08/2008 19:09

Bonjour je répond tardivement ou pas je ne suis pas sur néanmoins .!!Concernant les additifs d2W ,les pro-dégradants utilisés sont des sels de métaux et rien d'autres.Ils sont sur la liste positive des substances autorisées par Bruxelles et aptes au contact alimentaire FDA et CE .D'autres techniques de biodégradation du PE sont en cours d'élaboration à base d'enzymes notamment mais non commercialisés .L'avis du WWF n'est pas corroboré ,il est basé sur l'avis des "scientifiques " que vous mentionnez .Il est dommage que  les personnes qui ont donné leur avis sur les oxo l'ai fait hativement sans interroger ni les fabricants ni les scientifiques qui ont développé ces technologies.Les incertitudes sur les origines des films des additfs et autres sont très nombreuses Les tests de biodégradation sont faits sans oxydation préalable du matériau , il est sur que ça peut pas fonctionner il faut une approche scientifique rigoureuse .Lorsque cela est fait ,on montre qu 'un PE additivé après oxydation va se biodégrader .les pr Lemaire,Pr Jackubowics,Pr Chiellini ,le Cobio , et d'autres ,ces personnes ont montré  45% à 60% de biodégradation apres 180 j et une continuté  au dela de cette période .Les résultats sont la et publiés dans les revues scientifiques .allez  sur www.biodeg.org et regardez la quantite de publications effectuées par le comité scientifique .Ce sont des centaines avec des dizaines d'années d'expérience .et ces gens la ne vendent pas d'additifs.Concernant la EN 13432 ,nous ne la dénigrons pas . Nous refusons qu'elle soit présentée comme la preuve unique de la biodégradation .C'est abusif ,elle est utilisée pour exclure  les oxo du marché c'est tout  .D'autres normes doivent etre developpées pour évaluer  les caractéristiques des produits et de l'environnement dans lequel ils vont se retrouver le meilleur exemple est le PLA il est conforme à la norme 13432 mais va mettre plusieurs années à se biodégrader dans l'environnement .Pourquoi ? parce que la norme fait des tests de biodégradation (ISO 14855) a 58°C température du compost pas celle présente dans  la nature .De plus biodégrader un produit en 180 j n'apporte rien en matière d'enrichissement organique du compost .Or un compost c'est fait pour enrichir les sols pas pour faire des émissions de CO2 .Votre question concernant votre essai en compost :Les fragments obtenus sont le résultat de la thermooxydation du PE lié a la chaleur (pas d'uv) dans le processus de compostage Si vous pouviez analyser la masse moléculaire d'un fragment vous obtiendrez sans doute une masse moléculaire de l'ordre  de 10000 le  PE normal est a 200000cette matiére de faible masse moleculaire est composée de cetone,d'acide carboxylique (aie j'ai dit acide )d'esthers qui sont biodégradables.Les fragments vont devenir encore plus petit et etre bioassimilés en quelques mois ( mais plus de 180 j).Dans tous les cas non toxiques ,mettez des vers de terre ils vont grossir !!Beaucoup d'autres choses a dire sur ces produits .Une seule importante.La nature n'est pas une poubelle ,et les oxo ne sont pas des usines à gaz chimique et toxique . bonne journée

gabian 11/02/2008 14:26

Monsieur Michon bonjour,Merci pour votre contrbution. Il s'agit de préciser ici que vous êtes notamment l'importateur français de d2w, cet additif qui rend le plastique fragmentable. On peut lire sur votre site que ceux-ci consistent "pour la plupart en sels de métaux et oligo-éléments". Et pour le reste ? L'avis du WWF cité dans cet article est corroboré par de nombreux scientifiques. Nous avons également testé le compostage d'un sac epi qui se transforme en micro-paillettes persistantes. De quoi s'agit-il ? Concernant les normes EN 13432 et OK Compost, pourquoi vouloir les intégrer lors de fortes actions de lobbying en cours, alors que vous les dénigrez ici et sur voter site ?

pm 11/02/2008 13:48

:Bonjour ce n'est pas parce que ces produits nerépondent pas a la norme EN13432 qu ils ne sont pas biodégradables. Le carton ne passent pas les tests de cette norme et alors est il toxique ? la feuille d'arbre non plus d'ailleurs . Cette norme a été créé pour favoriser les produits a base végétale  Faire peur aux gens est assez facile ,lire et surtout comprendre demande plus d'effort . Le polyéthylene oxydé par les UV du soleil et la chaleur est biodégradable,les additifs mystérieux sont des oligo éléments .

Naturel 24/01/2008 07:50

Bonne info !Certaines pharmacies aussi en ont. Déjà que j'aime pas les médicaments à outrance.Dernière info : la bataille pour la vente des vaccins contre le cancer du col de l'utérus : un marché juteux. Et pendant ce temps, on laisse creuver les Africains car ils ne rapportent pas d'argent. Pasteur doit se retourner dans sa tombe !