URGENCE !

Publié le par Collectif marseillais

Avez-vous entendu parler de l’incinérateur ?

Il y a urgence à s’informer car sa construction a déjà commencé, au mépris de la démocratie locale et en négligeant d’expliquer la problématique globale des déchets aux Marseillais.
Le collectif Autre Marseille souhaite inciter chacun de nous, habitant de Marseille, à prendre part au débat. En effet, si l’usine d’incinération doit être construite, même à Fos s/ Mer, sa création influera totalement sur la politique des déchets de la ville dans les trente ans à venir.

Alors, que veut-on ?
Que les choses changent réellement, que les enfants et les habitants soient enfin informés, sensibilisés, équipés pour réduire leurs déchets, les trier ? Se mettre enfin au niveau des autres villes européennes ? Ou plutôt choisir la solution paraissant la plus simple : un four omnivore à l’appétit sans limite, et dont le système géré par une entreprise privée ne pourra en aucun cas être compatible avec une politique de recyclage ?

Politique médiatique du pire.
Avec un œil “extérieur“ au sujet, en tant que simple habitant des quartiers, producteur de déchets, on peut se dire que l’argument d’urgence donné par la mairie est recevable. Surtout sans aucune information fiable fournie par les médias locaux… Il suffit de lire certains articles affligeants du média le plus lu à Marseille : La Provence, pour comprendre le problème. Contre-vérité, mensonge et parti pris sont de rigueur sur ce sujet. Le dernier article signé Clothilde Dusquenel à propos du Carnaval de la Plaine (lundi 12 mars 2007), pendant lequel les organisateurs avaient décidé de brûler un incinérateur afin d’alerter le public, en est une preuve flagrante. Le mépris inouï de son texte montre bien sa méconnaissance du sujet, et l’enjeu qu’il représente pour chacun de nous. Méconnaissance que l’on retrouve auprès des décideurs de la ville et donc auprès des habitants privés d’une réelle information.

Et pourtant, il existe d’autres solutions ! :
Dans votre poubelle, vous retrouvez environ 30% de déchets organiques (déchets de cuisine ou de jardin), 50% de déchets recyclables (emballages, papier, carton, verre, bouteilles plastique, …) et 20% dont on ne sait pas (encore) quoi faire (pots de yaourts, sacs plastiques, certains déchets toxiques, …). Les déchets organiques peuvent être compostés pour servir d’humus. Le coût de mise en place de plateformes de compostage est faible pour la collectivité et il existe de nombreuses solutions individuelles (lombri-compost par exemple).
Pour la dernière catégorie de déchets, l’effort peut venir des industriels qui doivent être poussés par les citoyens et les autorités à changer leur politique d’emballage. Tout ce qui n’est pas recyclable devant être à terme éliminé. La solution vient donc de la réduction des déchets à la source, de la collecte sélective, de l’apport volontaire et enfin du tri industriel. Tout cela existe ailleurs, il ne reste qu’à…

“Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme“.
La phrase de Lavoisier se vérifie en toute occasion en chimie. Idem pour l’incinération, où 30% de déchets résiduels après combustion restent à traiter. Sans parler des émanations toxiques, car même avec les filtres à dioxine les plus évolués, il est utopique et dangereux de croire que nous pouvons éliminer une fois pour toute tout ce qui est toxique, grâce à la combustion.

Que faire ?
A chacun d’aller chercher l’information puisqu’elle ne nous est pas accessible à Marseille. En visionnant le film de Cécile Couraud, produit par le CNIID (Centre National d’Information Indépendante sur les Déchets), en allant voir ce qui se fait ailleurs, en Allemagne, en Finlande ou au Danemark. En réalisant que les Marseillais ne sont pas des citoyens de seconde zone et qu’il est possible de faire changer les choses, en se mobilisant et en montrant sa volonté d’aller vers des techniques évoluées de valorisation des déchets.

Encore une fois, à chacun de jouer ! Ayons d’abord un œil nouveau sur nos déchets ; ils peuvent devenir des ressources !



Publié dans Cadre de vie

Commenter cet article

stéphanie 26/03/2007 22:16

un collectif des marseillais contre l'incinération s'est constitué, si vous voulez nous rejoindre et participer, en autogestion collective(pas de chef) vous pouvez nous contacter par le pote d'un pote qui nous connait, et sait où nous trouver, ou bien en écrivant un mail avec comme objet : participer au collectif
à marseillaiscontrelincineration@hotmail.fr
vous pouvez aussi aller voir notre site pour plus de précision:
http://contre.incinerateur.free.fr/spip/
un autre moyen de nous aider et d'en discuter avec vos proches DEMAIN pour que l'opinion publique prenne enfin conscience du véritable enjeux de société que représente nos déchets (détruire des matières premières en voie de disparitionn, est ce vraiment raisonnable?)

Jib 21/03/2007 17:54

Ahhhhhhh ! Bravo pour cet article qui résume la situation urgente et ...fumante !
Désinformation, manque de vision, écologie sacrifiée, pas d'implication des Marseillais qui sont pourtant les premiers maillons...
On en reparlera sûrement, en tout cas il le faut...Le temps presse !
Rendez-vous samedi matin prochain, le 24/03 à 10h (porte d'Aix),
et le 30/03 à 18h pour une conférence à la Fac de Médecine de la Timone avec le professeur Belpomme (L'Homme, malade de son environnement...? Oh que oui !)
et le lendemain, samedi 31 à Fos...c'est quand même là-bas que la bête se construit !
Agissez, réagissez, informez-vous !